Récemment, j’ai lu The Compound Effect, de Darren Hardy (ou l’effet cumulé en français), et je voulais partager avec vous ce que j’ai retenu de ce livre.

Pour résumer assez sommairement, les 160 pages de The Compund Effect décrivent à l’aide d’une multitude d’exemples et de cas concrets, comment en avançant petit a petit, pas à pas, on peut réussir à devenir celui/celle qu’on souhaite être sur le long terme.

En effet, Darren Hardy met en lumière à quel point les effets cumulés peuvent changer une personne au bout de plusieurs années.

Comment, en s’améliorant de 0.2% par jour, on fini par devenir doublement meilleur en l’espace de quelques mois. Comment, grosso-modo, on peut gravir des immeubles de plusieurs étages, en montant chaque marche, l’une après l’autre (c’est l’idée).

 

Et premier constat : effectivement, on prendra probablement plus de temps pour monter au début par les escaliers que celui qui escalade à mains nues. Mais sur le long terme, on finira toujours par arriver plus haut.

 

Alors oui, comme avec la plupart des bouquins sur le développement personnel, cette « idée » me parraisait totalement triviale en commençant la lecture de ce livre.

Evidemment que je suis conscient qu’une personne ayant choisie de ne pas manger de glace en fin de repas, sera en bien meilleure santé physique, à terme, qu’une autre ayant décidée de faire strictement l’inverse !

Mais le problème, c’est qu’en l’absence de but clairement défini, on a beau trouver que toutes ces idées, ces théories sont du bon sens, on ne les met au final jamais en pratique. On n’agit pas !

 

Et l’intérêt de lire des livres comme The Compound Effect, c’est justement de prendre pleinement conscience de l’impact qu’une seule de nos décisions, prise aujourd’hui; qu’un seul choix effectué, peut changer drastiquement notre futur.

 

Cela nous place dans un état d’esprit propice à la réflexion, qui nous pousse à, pour une fois, vraiment réfléchir sur ce que nous aussi, nous avons envie de changer en nous.

Et en utilisant les méthodes de ce livre, petit à petit, grâce a la force de l’effet cumulé, tout le monde peut changer de manière draconienne sur le long terme, afin de devenir l’homme ou la femme qu’on a toujours eu envie d’être (que ce soit sur le plan professionnel, et/ou personnel).

Photo by Ross Findon on Unsplash

 

L’objectif primordial, comme souvent, c’est de noter, d’écrire ce qu’on veut vraiment changer en nous. Quel est notre objectif principal ?

 

Comment est-ce qu’on se voit d’ici 5 ans ?

 

Darren Hardy, par exemple, écrit dans son livre que pour trouver la femme de sa vie, il a tout d’abord noté sur un carnet tous les traits physiques, tous les traits de caractères… qu’il souhaitait voir en elle.

Puis, il s’est demandé quel genre d’homme il devait devenir pour séduire une telle femme.

Et c’est à ce moment là qu’il a décidé de commencer à changer, pour atteindre ce but ! (qu’il a atteint d’ailleurs).

Mais il n’a pas changé du jour au lendemain cela dit…

Il a pu changer grâce à la prise de conscience de son but, qui s’est suivie d’une succession de petites actions répétées l’ayant amené à se transformer profondément au bout de plusieurs mois.

 

Grâce a une vision nette de qui il souhaitait devenir, il a pu identifier clairement les points important sur lesquels il devait travailler, et en s’améliorant un petit peu de manière quotidienne, il a pu atteindre son objectif.

 

Et ce qui est bien avec cette technique de l’effet cumulé, c’est qu’on peut la mettre en pratique dans tous les domaines de notre vie.

Quel que soit votre objectif : business, relationnel, famille, santé…

  1. La première étape consiste à noter, à écrire concrètement un objectif que l’on souhaite atteindre.

  2. Puis à commencer quotidiennement à travailler en vu d’atteindre cet objectif, et ne pas abandonner en cours de route.

  3. Et de constater les changements, et surtout de continuer à s’améliorer constamment en créant une habitude.

Par exemple, si le but est d’être en meilleure forme physique, il faut se fixer comme objectif de faire du sport 30 minutes quotidiennement, ou tous les deux jours.

Mais il ne faut pas non plus tomber dans le piège classique !

En effet, le changement peut-être extrêmement stimulant et motivant au début, et on a tous tendance à être très actifs durant cette phase.

Dans l’exemple pris, on va donc mettre en place des séances d’une heure de sport / musculation intenses durant les deux premières semaines, sous l’effet de la motivation du changement.

Puis vient la phase de « la traversée du désert », durant laquelle les progrès ne sont pas visibles et on ne progresse plus… On ne voit pas de changements physiques en nous lorsqu’on se regarde devant le miroir de la salle de bain. C’est l’abandon…

Or il ne faut surtout pas abandonner ici, car comme bien souvent, ce qu’on cherche se trouve juste derrière la colline !  Il faut persévérer. C’est toujours l’étape la plus difficile.

C’est pourquoi Darren Hardy, dans The Compound Effect, propose de réduire le rythme fixé lors de la première phase d’intense motivation. Par exemple, au lieu d’avoir des séances sportives quotidiennes, il conseille plutôt d’espacer les séances à tous les deux jours, une fois les deux premières semaines passées.

Le but est vraiment de créer une habitude. Car comme l’ami Aristote le disait si bien :

 

L’excellence est un art que l’on n’atteint que par l’exercice constant. Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. L’excellence n’est donc pas une action mais une habitude.

 

Et vraiment, on sous-estime constamment le pouvoir de nos habitudes. C’est un sujet très souvent abordé dans tout ce qui touche au développement personnel, et je pense que j’en reparlerai dans un prochain article j’évoquerai d’ailleurs sans doute un autre livre : The Power of Full Engagement.

Bref, pour résumer, on est déjà bien tous conscient de ce qui est écrit dans The Compound Effect.

Mais comme souvent, on ne passe pas à l’acte. Sans doute par manque de motivation, ou « de temps » (une excuse classique).

Et c’est là la force de ce livre. Darren Hardy partage des techniques pour justement rester motivé, et pour ne plus se contenter de l’excuse du manque de temps.

Il nous incite a prendre 100% de responsabilités sur nos actions, et à enfin se mettre à agir pour atteindre nos objectifs.

 

On a tous 168 heures dans une semaine. Nous seul sommes responsables de nos priorités.

 

 

Merci d’avoir pris le temps de lire cet article. Est-ce que cela vous a intéressé ? Est-ce que vous avez appris quelque chose ? N’hésitez pas à me partager votre opinion sur le sujet via les commentaires ci-dessous cet article.

Et si vous aimez ce contenu, vous pouvez vous abonnez à ma newsletter (si le coeur vous en dit), afin de rester informé des dernières nouveautés du blog, mais également pour recevoir (pas plus d’une fois par semaine), d’autres contenus que je juge intéressant sur tout ce qui touche la programmation ou le développement personnel.

Inscription à la newsletter :

[newsletter]

 

Victor Gallet

Victor Gallet

Étudiant programmeur jeu vidéo. J'aime par dessus tout apprendre, et je suis un éternel curieux de tout. Mon principal but dans la vie est d’être une meilleure personne, et de partager mes (faibles) connaissances avec les autres.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.